Magie et fantasy

Autres informations intéressantes à découvrir...

Basilic

Centaure

Dragon

Griffon

Manticore

Phénix

Salamandre

Autres animaux fabuleux

Roi Arthur

Graal

Symboles

Mythologie celtique

Alchimie

Chamanisme


Mythes et légendes Pratiques mystérieuses Autres merveilles Divers

Liens enchanteurs

Boutique des rêveurs

Contact

Plan du site

Fantasy

Histoires inédites

Lieux enchantés

Anges et démons

Accueil - Petit peuple - Animaux fabuleux - Mythes et légendes - Pratiques mystérieuses - Autres merveilles - Annuaire
Boutique de livres  fantasy et fantastique - Plan du site - Contact

Fées

Elfes

Nains et lutins

Animaux fabuleux Le petit peuple

Accueil

Mythes et légendes

Petit Peuple

Animaux fabuleux

Boutique de livres

Annuaire

Autres merveilles

Pratiques mystérieuses

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google Bookmarks Partager sur LinkedIn

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par e-mail Partager sur Google Bookmarks

Dans les ruines d’un ancien château, vivait depuis peu un très vieux dragon. Il avait été autrefois un combattant téméraire et respecté. L’âge venant, ses exploits se raréfiaient et il se sentait devenir une charge pour ses congénères encore jeunes.


C’est lui-même qui décida un jour de se séparer de sa communauté et d’attendre la mort dans un lieu retiré. Cependant, la mort en question ne paraissait pas pressée de venir le chercher, aussi commença t-il à s’ennuyer fortement. D’un seul coup il se sentit du vague à l’âme et regretta amèrement d’avoir voulu jouer à l’ermite.


Les jours n’en finissaient pas de s’ajouter les uns aux autres et notre dragon commença à trouver qu’il n’était pas facile de vivre sans la compagnie des autres.


Il chercha bien à entamer la conversation avec quelques marmottes ou lièvres de passage mais ceux-ci étaient toujours pressés. Pour ne pas trop s’ankyloser, il effectuait des vols courts autour des ruines du château.


Un matin, alors qu’il émergeait de ses brumes nocturnes, son œil se posa sur une minuscule personne assise sur une pierre non loin de lui. Elle se tenait la tête dans les mains en proie semblait-il à une grande tristesse. L’énorme dragon tout attendri se pencha sur la frêle jeune fille et s’adressa à elle avec une infinie douceur. Sa corpulence n’aurait jamais pu laisser soupçonner tant de douceur et de délicatesse.


La toute petite personne le regarda sans la moindre crainte et finit par lui sourire. Ce sourire fut pour le vieux dragon esseulé, un merveilleux rayon de soleil. Chacun se présenta et Claudius, le dragon, apprit de la bouche de la jeune fille qu’elle était une fée sortant tout juste de l’école des fées. Sa taille minuscule et objet de sa détresse, était due à la jalousie tenace d’une consoeur qui se croyant la plus belle et la puissante de toutes les élèves, avait réduit la taille de la jolie Bouton d’or afin de lui ôter toute chance de la surpasser.


Hélas, il ne fut pas possible à Bouton d’or de se mêler aux autres fées car la plupart du temps on ne la voyait même pas. Sa hauteur ne dépassait pas les dix centimètres. Une si petite taille ne fait pas très sérieux lorsqu’on veut se faire respecter. Claudius, le dragon sentit monter en lui un sentiment paternel et il se promit de tout faire pour rendre à sa fée le respect  et l’amour d’elle-même. Bouton d’or, après avoir pris connaissance de l’histoire de Claudius, se promit elle aussi de lui redonner le goût de vivre.


Pendant plusieurs jours ils bavardèrent à bâtons rompus, jusqu’à n’avoir plus de secrets l’un pour l’autre. Bouton d’or ayant appris qu’il existait loin d’ici une école de dragons, suggéra à Claudius d’en devenir un des professeurs. Sa grande expérience et ses nombreuses victoires seraient riches d’enseignement pour toute cette jeunesse. Claudius trouva l’idée intéressante mais avança qu’il n’était pas certain d’être en mesure de parcourir un aussi long chemin.


— A
s-tu des choses très importantes à faire, lui demanda Bouton d’or.
— Non, rien du tout, répondit étonné le dragon.
Alors, tu as tout ton temps, rien ne presse, et si tu mets longtemps à faire ce chemin ça n’aura aucune importance.
mais c’est vrai, tu as raison.
Alors, nous partons demain à la première heure avant la grosse chaleur !


Bouton d’or se cala bien confortablement sur le vaste dos de son ami, et tous deux partirent pour un long voyage. Quel plaisir pour la jeune fée de découvrir tant et tant de paysages merveilleux. De temps à autre, ils étaient accompagnés par des canards ou des oies sauvages, bien contents de faire un bout de route en compagnie de personnages aussi prestigieux.


Enfin, un jour, ils arrivèrent en vue de l’école de dragons. Leur arrivée fut passablement remarquée. L’accueil chaleureux leur apporta un grand réconfort après un aussi long périple. Les professeurs et le directeur se dirent très honorés de recevoir dans leurs murs un aussi prestigieux personnage que Claudius, ses exploits étaient connus de tous. Le vieux dragon n’eut même pas à proposer ses services car on le pria avec beaucoup d’insistance de bien vouloir faire partager sa longue expérience à tous les jeunots de l’école. Il fit quand même semblant d’hésiter et demanda à réfléchir. Son acceptation déclencha un tonnerre de hourras.


Bouton d’or était aux anges. On la pria aussi de demeurer dans les murs de l’école, les professeurs se réjouissant d’avoir parmi eux une véritable fée.


Après avoir commencé ses cours, Claudius eut une longue conversation avec son amie. Il lui expliqua que la méchante fée qui lui avait jeté ce sort méritait au moins une leçon. En bavardant avec ses élèves, il avait appris que dans la forêt avoisinante ils avaient rencontré un groupe de fées pour le moins inamicales. La description qu’ils lui avaient faite de l’une d’entre elle correspondait point par point à ce que lui avait dit Bouton d’or. On était certainement en présence de Mangalfyonne,  l’ennemie numéro un de la petite fée.


Les dragons étaient dotés de pouvoir plus puissants que ceux des fées, aussi était-il facile pour eux de se faire respecter d’elles.


— I
l est temps pour toi Bouton d’or de démontrer à Mangalfyonne que toi aussi tu sais jeter des sorts.
Oui mais je ne veux pas me venger.
Je ne parle pas de te venger, mais de lui donner une leçon qu’elle n’oubliera pas. Tu sais, elle t’a fait du mal et elle en fait également à des gens qui ne peuvent pas se défendre. Tu dois donc user de tes pouvoirs pour venir en aide à ceux qui ne peuvent rien contre cette méchante fée.


Cette idée tourna dans la tête de la jeune fée et elle mit au point un sort qui donnerait à réfléchir à cette vilaine personne.


Un matin, alors qu’il faisait encore sombre dans la forêt, Bouton d’or bien dissimulée derrière un buisson, appela la méchante fée. Celle ci sortit de son logis et chercha autour d’elle qui pouvait l’appeler ainsi par son nom.

Bouton d’or, ça te dit quelque chose ? cria la petite fée.
Bouton d’or, la mini fée ? railla Mangalfyonne.
Mini fée, peut-être, mais maxi pouvoirs, répondit celle-ci en riant.
Tu te prends la tête ma pauvre, tu ne t’imagines tout de même pas que tu vas impressionner la plus puissante et la plus belle des fées.
La plus puissante, la plus belle et aussi la plus GRANDE, hurla Bouton d’or en dirigeant sa baguette magique vers Mangalfyonne.


Alors, la méchante fée se mit à grandir, grandir, grandir, jusqu’à ce que sa tête se perde dans le feuillage des arbres les plus élevés de la forêt. Coincée entre les troncs qui s’étaient rapprochés et dans les branches enchevêtrées, Mangalfyonne eut beau se démener, elle resta prisonnière.


– Ma chère, j’ai l’intention de te laisser dans cette confortable position pendant environ un petit siècle, ça te donnera à réfléchir. Quand le sort sera levé, tu retrouveras ta taille normale, mais comme je te confisque ta baguette magique, tu redeviendras une personne normale sans aucuns pouvoirs.


Bouton d’or resta petite mais ne le regretta pas, car cela lui permettait de venir en aide aux êtres les plus minuscules de cette terre et de toute façon, elle demeurait l’amie appréciée des valeureux dragons chez qui elle vivrait jusqu’à la fin de ses jours pour la plus grande joie de Claudius.


Page précédente

Page suivante


Extrait du recueil « Les contes d’une rêveuse »
de Elisabeth C.

Bouton d’or

Livres sur les contes et légendes

Sélection de livres sur les contes et légendes régionales et à travers les mythes et mythologies.


Liens enchantés
Sélection de sites informatifs sur l’univers de la fantasy.