Magie et Fantasy
Accueil

Accueil

Cet animal fabuleux est une créature hybride composée de divers éléments : il a le corps et la queue d’un serpent tandis que sa tête, ses ailes et ses pattes sont celles d’un coq.


Certaines illustrations le présentent avec un corps de coq et une queue de serpent.


Ses plumes sont de couleur rouge orangé et sa peau va du jaune au noir. Sa crête prend la forme d’une couronne et quelques dessins montrent le basilic avec une véritable couronne sur la tête.


Il adore les régions chaudes et arides.


Le basilic est un animal particulièrement dangereux qu’il faut éviter à tout prix sous peine de mort immédiate. En effet, son regard peut tuer en provoquant d’abord la paralysie puis la mort. On dit aussi qu’il peut pétrifier tout être vivant par son regard. En fait, tous les auteurs ne sont pas d’accord sur ce point. Ce qui est rassurant, c’est de savoir que ce redoutable pouvoir est à double tranchant puisque le basilic peut mourir en voyant son propre regard. Il est donc recommandé d’avoir toujours un miroir sur soi... De toute façon, ça peut toujours servir ! De même, on dit aussi que son regard peut dévaster la végétation de contrées entières et cuire tout ce qui est vivant. Ce personnage, décidément peu fréquentable, a en outre une salive qui est un dangereux poison. Sa mort peut intervenir s’il entend le chant d’un coq (plus difficile à mettre dans un sac à main mais heureusement facile à trouver). Seules la belette est la fouine sont immunisées contre lui.

Le basilic


Le nom du basilic vient du grec « basilikos » qui signifie « petit roi ».


On le nomme également « roi des serpents », serpoule ou encore « coquatrix » qui vient du latin et signifie « traqueur, chasseur », sans doute parce qu’il pourchasse ses proies avec le plus grand acharnement.


On dit que le basilic est le produit de l’oeuf d’une poule de sept ans couvé par un crapaud ou un serpent. Le basilic était déjà décrit dans l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien qui en fit une description détaillée. Au Moyen-Âge, il était présent dans de nombreux bestiaires. Pour les chrétiens, il symbolise le diable.

Basilic