Magie et Fantasy
Accueil

Accueil

Une légende prétend que Joseph d’Arimathie serait à l’origine de la fondation d’une famille gardienne du Graal. Celui-ci serait conservé dans un temple caché dans un lieu gardé secret et protégé par des anges.


Les histoires où apparaît le Graal sont si nombreuses et si variées qu’il est difficile de savoir quelle est son origine véritable.


Est-ce une adaptation d’un mythe celtique ? Provient-il au contraire d’Orient comme certains le pensent ?


Est-ce un objet matériel ou un concept spirituel ?


Ce qui est sûr c’est que le Graal n’a pas finit de nous fasciner par son côté mystérieux et féerique.

Perceval à la Recluserie Bibliothèque Nationale de France BNF Richelieu Manuscrits Français 111, Fol. 244v Quête du saint Graal, France, Poitiers, XVe siècle

Perceval à la Recluserie
Bibliothèque Nationale de France BNF Richelieu  Manuscrits Français 111, Fol. 244v
Quête du saint Graal, France, Poitiers, XVe siècle
Photo de
Archibald Tuttle
Licence de documentation libre GNU, version 1.2

Le Graal


Le Graal : mythe ou réalité ? Nul ne le sait vraiment. Les textes le mentionnant sont nombreux et sa légende est interprétée différemment selon les auteurs. Pour résumer, le Graal serait la coupe utilisée par Jésus pour célébrer la Cène et dans laquelle un peu de son sang aurait été recueilli par Joseph d’Arimathie qui l’aurait emporté avec lui jusqu’en Grande-Bretagne.


Bien plus tard, nous retrouvons le Graal dans les histoires consacrées au roi Arthur et aux chevaliers de la Table Ronde. De nombreuses péripéties mettent en scène ces chevaliers mais seul Galaad parvient jusqu’au bout de sa quête car il est le seul à être parfaitement pur. La symbolique du Graal, la connotation divine et merveilleux de cette coupe, se retrouve dans d’autres cultures et remonte loin dans l’Antiquité. A noter les pouvoirs magiques que possédaient certains chaudrons dans la mythologie celtique qui peuvent s’en rapprocher : résurrection des morts, production perpétuelle de nourriture, etc...


Le terme de « Graal » daterait du Moyen-Âge et viendrait de « gradalis », mot latin qui signifie « par étapes » car il désigne une sorte de récipient creux utilisé plusieurs fois au cours des repas. Dans les premières histoires mentionnant le Graal, celui-ci était écrit avec un g minuscule et ce n’est qu’avec l’oeuvre de Chrétien de Troyes qu’il prend alors une majuscule et est désigné comme étant le « Saint Graal ».


Il représente la quête de perfection et de pureté mais aussi une sorte de communion avec le Christ.