Magie et Fantasy
Accueil

Accueil

Les chiffres et leurs symboliques


Depuis des temps reculés, les chiffres ont une signification particulière.


On allait jusqu’à leur conférer des pouvoirs magiques et à les considérer comme des vecteurs de prédiction de l’avenir. Cette technique, la numérologie, est encore utilisée de nos jours.


Pour les grecs, les nombres régissaient l’univers comme l’affirmait Pythagore, philosophe et mathématicien du 6ème siècle avant J.C. Ils attribuaient des caractéristiques à chacun d’eux : les chiffres impairs étaient actifs et masculins tandis que les chiffres pairs étaient passifs et féminins.


Les chinois avaient un système similaire avec le yin et le yang.


Pour les babyloniens, les chiffres permettaient de comprendre les principes essentiels de l’univers et de sa création.


Les aztèques donnaient à chaque chiffre une couleur, une qualité et un dieu spécifique.


Les Kabbalistes usèrent des chiffres en les associant à chaque lettre de l’alphabet hébreu afin de déchiffrer l’Ancien Testament par ce système.


Le zéro évoque le vide et le néant. Pour les mayas, le zéro représente l’oeuf cosmique qui possède de nombreux pouvoirs et contient la régénération cyclique de l’univers. Les indiens le firent connaître aux Arabes qui l’introduisirent eux-mêmes dans les pays occidentaux. Pythagore considère que le zéro contient tout en lui-même. Sa symbolique est donc paradoxale puisqu’il représente tout et rien selon les cultures.


Le un est un symbole phallique, associé à l’action, au mouvement et à l’agressivité. Il représente la lumière et le soleil, l’origine de la vie. Pour les grecs, il est le premier chiffre utilisé en calcul. Il est le commencement, l’individualité.


Le deux est un symbole d’ambivalence et de dualité car il peut représenter l’union et la séparation, l’équilibre ou les conflits. Les chinois le considèrent comme étant un chiffre négatif, passif, associé au yin féminin. Il représente l’amour, la création, la féminité.


Le trois est un chiffre dont la symbolique est très positive dans toutes les croyances du monde. Les taoïstes considèrent qu’il est parfait. En règle générale, il représente la fécondité. Il est associé au triangle, au trèfle, à la fleur de lys, aux trois phases de la lune, à la Sainte Trinité dans le christianisme.


Le quatre représente la stabilité, le pouvoir, l’intellect et la justice. Il est associé au carré et à la croix classique à quatre branches. Le quatre se retrouve dans de nombreuses mythologies et religions du monde : les chinois le lient à la Terre qu’ils croyaient carrée ; pour les aztèques, il y avait quatre arbres pour soutenir le ciel ; il y avait quatre fleuves qui coulaient dans le jardin d’Eden, etc...


Le cinq représente l’étoile à cinq branches nommée pentagramme sur laquelle un être humain peut être juxtaposé lorsqu’il écarte les bras et les jambes. Le cinq est donc associé à l’Homme et symbolise le microcosme. Il est lié à l’univers. Pour les Pythagoriciens, il s’agit d’un chiffre sacré qui symbolisait l’harmonie.


Le six représente l’équilibre et on l’associe souvent à une étoile à six branches. Dans la tradition judéo-chrétienne, le six est en revanche un chiffre maléfique car il est attribué à Satan (son chiffre étant 666). Dans le yi-king, les 64 hexagrammes sont chacun constitués de 6 traits, continus et discontinus. Dans les jeux, c’est un chiffre très positif. Pour les Pythagoriciens, il représentait la vérité.


Le sept est un chiffre sacré considéré comme possédant des pouvoirs magiques. Il représente l’ordre cosmique et spirituel. Les sumériens divisaient l’univers en sept zones distinctes ; dans l’Ancien Testament, Dieu a créé le monde et s’est reposé le septième jour ; pour les égyptiens, le sept symbolisait la vie éternelle et était associé à Osiris, le dieu des morts ; dans l’Islam, le sept représente la perfection.


Le huit représente l’équinoxe cosmique. Le huit symbolise la résurrection et le bien-être profond, la stabilité. Il est associé à l’octogone. Les chinois le considèrent comme étant un chiffre bénéfique ; les égyptiens l’attribuaient à Thot, le dieu inventeur de l’écriture.


Le neuf est un chiffre important chez certains peuples : pour les chinois, il est yang et est particulièrement bénéfique. Il représente l’union des mondes souterrain, terrestre et céleste ainsi que celle du corps, de l’âme et de l’esprit. Il est associé au courage et à la persévérance. Les indiens d’Amérique centrale considéraient qu’il y avait neuf mondes souterrains ; le dieu nordique Odin demeura suspendu à Yggdrasil l’arbre de vie durant neuf jours et neuf nuits.